Infirmière puéricultrice stagiaire en service de « néonat »

Ce qui est compliqué d’abord c’est l’anxiété ressentie quand on prend les transports, tous ces gens avec des masques, c’est très particulier, c’est compliqué de sourire, mais on se force. A l’hôpital en tant que stagiaire on a du mal à comprendre ce qu’ils attendent de nous. Pour le moment on reste en stage mais on sera certainement amenée à bouger vite, notamment celles qui sont formées à la réa. On voit les choses se faire mais de loin, on s’attend quand même à beaucoup de morts.

En gros on sent qu’il va y avoir un gros truc mais on ne sait pas quoi, on ne sait pas quand, on ne sait pas comment. Cette attente est dur à gérer, avec des informations qui changent tous les jours, même si on en veut à personne de ça. Les cadres et les médecins font au mieux. Un jour on nous a dit qu’il ne fallait pas qu’on porte des masques si on avait pas de symptômes, le jour d’après qu’on est toutes et tous considérés comme porteur sain donc qu’il en faut un, ce qui fait culpabiliser de n’en avoir pas porté tout ce temps là ! On doit garder le même masque toute la journée, un masque = un soignant, alors qu’on n’est censé le changé toutes le trois heures. On sait que des infirmières étudiantes de deuxième année vont être postées à l’accueil des urgences, les équipes essayent de rester bienveillantes dans l’encadrement.

A la maternité nous attendons beaucoup de mamans porteuses du virus. Plus globalement les visites sont évidemment interdites, le deuxième parent n’est plus admis à l’accouchement, ce qui met les patientes dans un contexte particulier entre résignation et tristesse. C’est pas la meilleure période pour accoucher. Pour le moment on fait partie de l’équipe de suppléance et dès qu’il faudra y aller on ira, on n’attend les appels au front. C’est très anxiogène.

Notre école dans tout ça, gère la crise de manière assez catastrophique, on n’est pas au courant en temps et en heure d’annulations d’examens, par exemple, qui pourtant nous paraissent prévisibles, de toute façon c’est compliqué de réviser, on a juste toutes envie d’aider tout de suite, notre priorité ce n’est pas les cours, c’est qu’on sorte de tout ça !



contact@lesmasquestombent.fr